Accueil > Publications

Contaminants et résidus chimiques dans l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants – Allaitement Actualités 55

IBFAN a renouvelé en avril 2013 sa « Déclaration sur les contaminants chimiques et l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants ». Ce numéro d’Allaitement Actualités développe cette prise de position. Il examine les contaminants les plus communs dans le lait maternel et le lait artificiel, les aliments pour bébés, les biberons et les tétines. Il souligne également le potentiel négatif pour la santé et le développement de l’enfant d’une exposition à des contaminants lors de la grossesse – au moment où les tissus et les organes de l’enfant à naître se développent rapidement. Enfin, il examine le rôle de l’allaitement dans la diminution de ces effets nocifs.

Dormir avec son bébé : Le « sommeil partagé » ou « co-sleeping » – Allaitement Actualités 53

Pendant leurs toutes premières semaines de vie, plus de nourrissons partagent le lit de leurs parents qu’à tout autre moment de leur vie. Chaque nuit entre 20 et 25% des nourrissons de moins de 3 mois passent une partie de la nuit dans le même lit qu’un parent, et dans les ménages euro-américains, jusqu’à 70% des bébés auront dormi avec un parent au moins une fois au cours de leurs premiers 3 mois.

Investir dans le lait maternel : des nourrices aux banques de lait et à la distribution du lait humain sur Internet – Allaitement Actualités 52

Les développements les plus récents concernant le don du lait maternel se font plutôt dans le sens d’un partage qui tiendrait compte des besoins des mères plus que du seul profit ; en d’autres termes, on chercherait moins « à traire la vache laitière du lait maternel » que par le passé. Ainsi aujourd’hui on voit côte-à-côte des individus et des firmes pour qui tout moyen de faire avaler du lait maternel aux bébés est source de profit et des tenants d’une pratique toute autre, qui prônent plutôt le don et le partage de ce même lait maternel.

Une guerre de basse intensité – Allaitement Actualités 50-51

En 2002, lorsque l’Assemblée mondiale de la Santé adopte la Stratégie mondiale pour l’alimentation du nourris-son et du jeune enfant affirmant que « pour avoir une croissance, un développement et une santé optimaux, le nourrisson doit être exclusivement nourri au sein pendant les six premiers mois de la vie : c’est là une recommandation générale de santé publique », chacun pouvait penser que prenait fin une guerre de 7 ans entre l’armée des « 4 à 6 mois » et celle des « 6 mois ».

L’initiative Pharmacies “Amies des Bébés” – Allaitement Actualités 48-49

Selon l’OMS et la Fédération pharmaceutique internationale, « avec les ressources dont ils disposent, les pharmaciens ont la possibilité d’améliorer les résultats thérapeutiques et la qualité de vie des patients et doivent se placer en première ligne du système de santé ». On pourrait aller plus loin et ajouter que les pharmacies ont un rôle important à jouer dans la pro-motion de la santé, y compris en ce qui concerne l’alimentation.

Le nouveau kit de formation sur l’Initiative hôpitaux amis des bébés – Allaitement Actualités 44-45

L’Initiative hôpitaux amis des bébés (IHAB) a été lancée en 1991. Depuis, l’appellation « Hôpital ami des bébés » a été accordée à plus de 15’000 centres dans 134 pays. Mais si, dans un premier temps, le nombre d’hôpitaux recevant cette appellation a connu une croissance exponentielle, cette progression s’est ralentie partout après 1996, avec des différences notables selon les pays et à l’intérieur-même des pays.

Les nouvelles normes de croissance de l’OMS – Allaitement Actualités 42-43

Dès le début des années 1990, il était devenu clair que les courbes de croissance recommandées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et adoptées par de nombreux pays, étaient inadaptées. Ces courbes avaient été élaborées par le Centre national de statistiques sanitaires (National Centre for Health Statistics, NCHS) aux États-Unis à partir de différents échantillons d’enfants nord-américains. Elles suscitaient des réserves parce que les mesures avaient été prises sur de grands intervalles d’âge et parce que les techniques de leur élaboration étaient dépassées.