Accueil > Publications > The advantages, disadvantages and risks of ready-to-use foods – Breastfeeding Briefs 56/57

Texte en français ci-dessous

Globally, about 50 million children less than 5 years are wasted (too thin) at any one time; of these, over 17 million are severely wasted. These children are at high risk of death or may suffer from diseases and complications that will greatly affect their future life. Much more common is stunting (failure to achieve normal growth in length or height): it affects more than 160 million children that may not reach their developmental potential, mainly in south Asia and sub-Saharan Africa.

During the past decade or more the news media have focused on claims that the “solution” to reduce the mortality and morbidity from infectious diseases in the form of specific food products, often referred to as “ready-to-use foods.” These foods have a high nutrient density and a low water activity; thus, they do not support bacterial growth even without refrigeration. They need no cooking or other preparation and can be fed directly from their packaging with no need for training. The “ready-to-use therapeutic foods” (RUTF) are for use in the treatment of severe acute malnutrition (SAM).

The introduction of RUTFs in the management of SAM has allowed health authorities to extend effective treatment beyond hospitals, i.e. in out-patient units or at home. As a consequence, the case fatality rates recorded in hospitals, usually less than 10%, can be achieved largely outside the hospital environment, thus greatly reducing cost and the burden on in-patient health care facilities, and allowing an increased coverage. This, however, is far from universal, and many cases, possibly the worst cases, are not yet reached by programmes. In addition, proof of the advantages of RUTFs over other products is weak. In addition, RUTFs have their downside. They are too expensive to be used for anything else besides treatment of SAM. Their provision depends often on short-term external funding for humanitarian or emergency programmes. They tend to be monopolized by a handful of manufacturers able to put in place strict quality control measures.

Children treated with RUTFs require extra water; if clean water is not available, RUTF alone will not result in a healthy child. The product does not contribute to teaching the child to like the taste of the healthy local foods needed to avoid malnutrition in the future. Finally, they are only part of the solution: prevention and rehabilitation of SAM need much more than RUTFs. And SAM is only the tip of the malnutrition iceberg: 90% of malnutrition consists of forms other than SAM, and RUTFs are neither necessary nor appropriate in treating them.

The complete text  by Ted Greiner The advantages, disadvantages and risks of ready-to-use foods – Breastfeeding Briefs 56/57 (22 pages) can be downloaded from IBFAN website

(Photo: ACF-South Sudan, T. Frank)

Update 2019 : Processing and packaging of any ready to use foods are a heavy burden on climate and ressources. See Green Feeding

 

Les adantages, désadvantages et risques des aliments prêts à l’emploi – Actualité Allaitement 56/57

Dans le monde, environ 50 millions d’enfants de moins de 5 ans sont gaspillés (trop maigres) à un moment donné ; parmi eux, plus de 17 millions sont gravement gaspillés. Ces enfants courent un risque élevé de décès ou peuvent souffrir de maladies et de complications qui affecteront grandement leur vie future. Le retard de croissance (incapacité à atteindre une croissance normale en longueur ou en taille) est beaucoup plus courant : il touche plus de 160 millions d’enfants qui peuvent ne pas atteindre leur potentiel de développement, principalement en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

Au cours de la dernière décennie ou plus, les médias se sont concentrés sur les allégations selon lesquelles la “solution” pour réduire la mortalité et la morbidité dues aux maladies infectieuses se trouve sous la forme de produits alimentaires spécifiques, souvent appelés “aliments prêts à l’emploi”. Ces aliments ont une forte densité en nutriments et une faible activité de l’eau ; ils ne favorisent donc pas la croissance bactérienne, même sans réfrigération. Ils ne nécessitent pas de cuisson ou d’autre préparation et peuvent être alimentés directement à partir de leur emballage sans qu’il soit nécessaire de les former. Les “aliments thérapeutiques prêts à l’emploi” (RUTF) sont destinés à être utilisés dans le traitement de la malnutrition aiguë sévère (MAS).

L’introduction des RUTF dans la gestion de la MAS a permis aux autorités sanitaires d’étendre le traitement efficace au-delà des hôpitaux, c’est-à-dire dans les unités de soins ambulatoires ou à domicile. En conséquence, les taux de létalité enregistrés dans les hôpitaux, généralement inférieurs à 10 %, peuvent être atteints en grande partie en dehors de l’environnement hospitalier, ce qui réduit considérablement le coût et la charge des établissements de soins hospitaliers, et permet une couverture accrue. Toutefois, cette couverture est loin d’être universelle et de nombreux cas, peut-être les plus graves, ne sont pas encore couverts par les programmes. En outre, les preuves des avantages des RUTF par rapport à d’autres produits sont faibles. En outre, les RUTF ont leurs inconvénients. Ils sont trop chers pour être utilisés pour autre chose que le traitement de la MAS. Leur fourniture dépend souvent d’un financement externe à court terme pour des programmes humanitaires ou d’urgence. Ils ont tendance à être monopolisés par une poignée de fabricants capables de mettre en place des mesures strictes de contrôle de la qualité.

Les enfants traités avec des RUTF ont besoin d’eau supplémentaire ; si l’eau propre n’est pas disponible, les RUTF seuls ne permettront pas d’avoir un enfant en bonne santé. Le produit ne contribue pas à apprendre à l’enfant à aimer le goût des aliments locaux sains nécessaires pour éviter la malnutrition à l’avenir. Enfin, ils ne constituent qu’une partie de la solution : la prévention et la réhabilitation des MAS nécessitent bien plus que des RUTF. Et la MAS n’est que la partie visible de l’iceberg de la malnutrition : 90% de la malnutrition consiste en des formes autres que la MAS, et les RUTF ne sont ni nécessaires ni appropriés pour les traiter.

Le texte complet par Ted Greiner Les avantages, les inconvénients et les risques des aliments prêts à l’emploi – Breastfeeding Briefs 56/57 (22 pages) peut être téléchargé sur le site d’IBFAN

Mise à jour 2019 : La transformation et le conditionnement de tout aliment prêt à l’emploi sont une lourde charge pour le climat et les ressources. Voir Green Feeding – Alimentation saine, locale et durable