Accueil > News > Corporate Political Activity (CPA) and impact on Breastfeeding

A recent study by Hacer Tanrikulu et al. (2020) reveals the impact of marketing practices of the breastmilk substitutes industry on public health policy in the USA. (texte en français voir plus bas)

In the USA, early nutrition is compromised in the first two years of life by low rates of exclusive breast- feeding, exposure to breastmilk substitutes, early introduction of complementary foods and high consumption of ultra-processed foods, practices that go against the World Health Organization (WHO) recommendations.

Ultra-processed foods contribute to 58% of all calories consumed by the US pre-school population and there is increasing recognition of the association between diet- ary patterns based on these products, as defined by the NOVA food classification system and adverse health outcomes.

There is growing evidence that the ‘corporate political activity’ (CPA) of the food industry is a major barrier to the development and implementation of public health policies to promote healthy food environments.

 This study showed that Nestlé used various ‘corporate political activity’ CPA strategies which may have influenced public health policy, research and practice in ways favourable to the baby food industry. These results could be used to further recognise and pre-empt the influence of corporations on health, in order to ensure that commercial interests do not prevail over public health goals.

One of the findings was that the baby food industry is voluntarily offering assistance to be part of the solution and not part of the problem and that this strategy ap-pears to help the industry gain goodwill and so have more potential to shape public opinion and persuade policy makers to influence policies, programs or regulations that are beneficial for industry interests.

The most frequent instrumental CPA documented in this study were those strategies classified under ‘information management’. Information on infant and young children nutrition and health, created by the industry, was targeted both at the general public, including mothers and caregivers, and health professionals. Indeed, Nestlé employed nutrition and health professionals whose role is to provide information to parents and health professionals free of charge. Concerns have fre- quently been raised about these kinds of activities and their potential conflict of interest

Nestlé’s membership of the Sustainable Food Policy Alliance raises ques- tions about the potential conflict of interest and ability to lobby the US government policy, especially with respect to the current ecological issues about food and packaging (plastic trash), as well as processed food production and waste of natural ressources. See Green Feeding on our website.

Référence

Hacer Tanrikulu, Daniela Neri, Aileen Robertson and Melissa Mialon, Corporate political activity of the baby food industry: the example of Nestlé in the United States of America. https://doi.org/10.1186/s13006-020-00268-x

Read also on Conflict of Interest

Granheim SI, Engelhardt K, Rundall P, Bialous S, Iellamo A, Margetts B, et al. Interference in public health policy: examples of how the baby food industry uses tobacco industry tactics. World Nutr. 2017;8(2):288–310.

L Lake, M Kroon, D Sanders, A Goga, C Witten, R Swart, H Saloojee, C Scott, M Manyuha, T Doherty. Child health, infant formula funding and South African health professionals: Eliminating conflict of interest. SAMJ December 2019, Vol. 109, No. 12

The film “Tigers” launched in Toronto in September 2014 tells the real story of a young pakistani commercial working for Nestlé until he realised that the formula he was selling and promoting in hospitals and for medical doctors were in fact causing diseases and deaths in babies. He decides to quit the job and to sue the formula industry. Tody he lives outside of Pakistan to protect himself.


Texte en français

Une nouvelle étude de Hacer Tanrikulu et al. (2020) révèle l’impact des pratiques commerciales de l’industrie des substituts du lait maternel sur la politique de santé publique aux États-Unis.

Aux États-Unis, la nutrition précoce est compromise au cours des deux premières années de la vie par de faibles taux d’allaitement exclusif, l’exposition aux substituts du lait maternel, l’introduction précoce d’aliments complémentaires et la forte consommation d’aliments ultra-transformés, des pratiques qui vont à l’encontre des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les aliments ultra-transformés représentent 58% de toutes les calories consommées par la population préscolaire américaine et il est de plus en plus reconnu qu’il existe un lien entre les régimes alimentaires basés sur ces produits, tels que définis par le système de classification des aliments NOVA, et les effets néfastes sur la santé.

Il y a de plus en plus de preuves que l’activité politique des entreprises (CPA) de l’industrie alimentaire est un obstacle majeur au développement et à la mise en œuvre de politiques de santé publique visant à promouvoir un contexte pour des aliments sains.

Cette étude a montré que Nestlé a utilisé diverses stratégies d’activité politique d’entreprise (CPA) qui ont pu influencer la politique, la recherche et la pratique en matière de santé publique de manière favorable à l’industrie de l’alimentation pour bébés. Ces résultats pourraient être utilisés pour mieux reconnaître et anticiper l’influence des entreprises sur la santé, afin de garantir que les intérêts commerciaux ne l’emportent pas sur les objectifs de santé publique.

L’une des conclusions est que l’industrie de l’alimentation infantile offre volontairement son aide pour faire partie de la solution et non du problème et que cette stratégie vise à aider l’industrie à forger une bonne image, et donc à avoir plus de potentiel pour façonner l’opinion publique et persuader les décideurs politiques d’influencer les politiques, programmes ou réglementations qui sont avantageux pour les intérêts de l’industrie.

La CPA instrumentale la plus fréquemment documentée dans cette étude est celle des stratégies classées dans la catégorie “gestion de l’information”. Les informations sur la nutrition et la santé des nourrissons et des jeunes enfants, créées par l’industrie, étaient destinées à la fois au grand public, y compris les mères et les personnes s’occupant d’enfants, et aux professionnels de la santé. En effet, Nestlé a employé des professionnels de la nutrition et de la santé dont le rôle était de fournir gratuitement des informations aux parents et aux professionnels de la santé. Des inquiétudes ont été exprimées récemment au sujet de ce type d’activités et de leur conflit d’intérêts potentiel

L’adhésion de Nestlé comme membre à la Sustainable Food Policy Alliance (Alliance pour l’alimentation durable) soulève des questions sur le conflit d’intérêts potentiel et la capacité de faire pression sur la politique du gouvernement américain, notamment en ce qui concerne les questions écologiques actuelles relatives à l’alimentation et aux emballages (déchets plastiques), ainsi qu’à la production d’aliments transformés et au gaspillage des ressources naturelles. Voir la page Alimentation saine et durable sur notre site.

Référence
Hacer Tanrikulu, Daniela Neri, Aileen Robertson and Melissa Mialon, Corporate political activity of the baby food industry: the example of Nestlé in the United States of America. https://doi.org/10.1186/s13006-020-00268-x

Pour en savoir plus sur la thématique des Conflicts d’intérêt
1) Granheim SI, Engelhardt K, Rundall P, Bialous S, Iellamo A, Margetts B, et al. Interference in public health policy: examples of how the baby food industry uses tobacco industry tactics. World Nutr. 2017;8(2):288–310.

2) L Lake, M Kroon, D Sanders, A Goga, C Witten, R Swart, H Saloojee, C Scott, M Manyuha, T Doherty. Child health, infant formula funding and South African health professionals: Eliminating conflict of interest. SAMJ December 2019, Vol. 109, No. 12

2) Le film Tigers réalisé par Danis Tanovic et présenté pour la première fois au Festival International du Film de Toronto le 8 septembre 2014. Il raconte le vécu d’un jeune commercial pakistanais spécialisé dans l’industrie pharmaceutique travaillait pour Nestlé, jusqu’au moment où il a constaté de ses yeux avec horreur que les formules lactées commerciales pour nour- rissons dont il faisait la promotion auprès des hôpitaux et des médecins causaient des maladies et provoquaient la mort des bébés. Il a alors décidé de lutter contre l’industrie des substituts du lait maternel avec le soutien d’IBFAN (International Baby Food Action Network).