Accueil > International > Immunologie

12.10.2022

Immunologie – l’allaitement confère des facteurs immuno-protecteurs au bébé et l’aide à construire son propre système immunitaire.

L’allaitement maternel est aujourd’hui plus important que jamais en tant qu’alimentation optimale de l’enfant d’une part, et d’autre part en raison de son rôle fondamental pour soutenir et construire le système immunitaire humain.

Que savent les parents ?

La plupart des parents connaissent l’impact bénéfique général de l’allaitement sur la santé du bébé. Le système immunitaire de leur enfant est immature à la naissance, et peu de parents savent que l’allaitement non seulement protège l’enfant par le transfert d’immunoglobulines et d’autres facteurs immuno-compétents, mais que le lait maternel aide leur bébé à renforcer et à faire mûrir son système immunitaire.

En effet, l’allaitement non seulement renforce le système immunitaire de l’enfant, mais le lait maternel contribue également à développer le système immunitaire infantile encore immature. L’allaitement apporte à l’enfant de nombreux facteurs immuno-protecteurs : des facteurs spécifiques (adaptés à l’environnement de la mère et de l’enfant) et non spécifiques (ceux qui sont présents dans la composition de base du lait maternel dès le début) comme les IgA, les cytokines, les oligosaccharides humains (environ 200), les protéines tueuses de tumeurs, et bien d’autres dont la liste est longue (voir ci-dessous).

Les connaissances et la recherche sur le rôle dynamique, protecteur et physiologico-immunitaire du lait maternel révèlent le rôle important et l’impact durable sur la santé de l’enfant allaité – santé du futur adulte.

Poster sur un bus au Luxembourg : Pour immuniser mon bébé, j’allaite.

Covid-19, l’allaitement et le système immunitaire

Plusieurs études ont montré que la mère allaitante transfère à son enfant des immunoglobulines (IgAs) et des anticorps spécifiquement ciblés sur le coronavirus SARS-CoV-2.

Olearo et al (2022) constatent : « Les anticorps du lait maternel dans tous les groupes ont montré des capacités de neutralisation contre un isolat précoce de la pandémie de SARS-CoV-2 (HH-1) et, de plus, également contre la variante Omicron, bien qu’avec un titre d’anticorps plus faible. »

Microbiote

L’allaitement maternel construit et nourrit le microbiote de l’enfant, le lait maternel agit sur la flore intestinale et les muqueuses, deux importants filtres protecteurs contre les agents pathogènes et les virus. Comme l’écrivait le chercheur Lars A Hanson déjà en 2004 : l’allaitement protège le bébé, et en plus, il le nourrit : « Les composants principaux du lait humain ne sont pas en premier lieu pour nourrir, mais pour défendre le bébé. » (dans Immunobiology of Human Milk – How Breastfeeding protects babies, 2004).

Thymus

Durant les premiers 2 ans, le thymus de l’enfant allaité a une taille exceptionnel, c’est « l’organe » qui produit les lymphocytes T ou lymphocytes « tueurs » de cellules infectées et qui joue par conséquent un rôle important dans la lutte contre des agressions sur le plan immunitaire. Chez l’enfant non allaité, la taille du thymus ne fait que la moitié.

HAMLET

Le complexe protéino-lipid HAMLET (human alpha-lactalbumin made lethal to tumor cells) a un large spectre d’activité contre des cellules cancéreuses d’origine différentes. (Ho et al. 2017)

Propriétés antivirales

Le geste d’allaiter signifie bien davantage que le seul transfert nutritif de lait humain. C’est un processus biologique dynamique qui nécessite un contact étroit entre la mère et son bébé afin que la mère produise via son tissus mammaire les facteurs de protection en fonction de son environnement et de sa propre exposition à des agents infectieux.

Anticorps contre le SARS-CoV-2 virus, voir la bibliographie ci-dessus.

Liste des facteurs immuno-protecteurs transmis à l’enfant par l’allaitement

alpha-Lactalbumin (variant)
alpha-lactoglobulin
alpha2-macroglobulin (like)
ß-defensin-1
Bifidobacterium bifidum
Carbohydrate
Casein
CCL28 (CC-chemokine)
Chondroitin sulphate (-like)
Complement C1-C9
Folate
Free secretory component
Fucosylated oligosaccharides
Gangliosides GM1-3, GD1a, GT1b, GQ1b
Glycolipid Gb3, Gb
Glycopeptides
Glycoproteins (mannosylated)
Glycoproteins (receptor-like)
Glycoproteins (sialic acid-containing or terminal galactose)
Haemagglutinin inhibitors
Heparin
IgA
IgG
IgM
IgD
kappa-Casein
Lactadherin (mucin-associated glycoprotein)
lactoferrin
Lactoperoxidase       Lewis antigens
Lipids
Lysozyme
Milk cells (macrophages, neutrophils, B & T lymphocytes)
Mucin (muc-1; milk fat globulin membrane)
Nonimmunoglobulin macromolecules (milk fat, proteins)
Oligosaccharides (env. 200 oligosaccharides humaines connues à ce jour)
Phosphatidylethanolamine
(Tri to penta) phosphorylated beta-casein
Prostaglandins E1, E2, F2 alpha
RANTES (CC-chemokine)
Ribonuclease
Secretory IgA
Secretory leukocyte protease inhibitor (antileukocyte protease; SLPI)
Sialic acid-glycoproteins
sialylated oligosaccharides
Sialyllactose
Sialyloligosaccharides on sIgA(Fc)
Soluble bacterial pattern recognition receptor CD14
Soluble intracellular adhesion molecule 1 (ICAM-1)
Soluble vascular cell adhesion molecule 1 (VCAM-1)
Sulphatide (sulphogalactosylceramide)
Trypsin inhibitor
Vitamin A
vitamin B12
Xanthine oxidase (with added hypoxanthine)
Zinc

Comparatif lait maternel – lait artificiel

Différence entre allaitement et « transfert de lait maternel »

La liste des facteurs immunocompétents transmis de la mère à son enfant via le geste d’allaiter est en elle-même considérable mais ne révèle qu’une partie du fonctionnement de l’allaitement : il ne s’agit pas d’un assemblage statique d’ingrédients, mais d’un liquide biologique résultant d’une production continuelle et dynamique lors de l’allaitement et du contact peau-à-peau mère-enfant.

Autrement dit, l’adaptation finement nuancée du lait maternel est le résultat d’un dialogue permanent entre l’environnement microbien de la mère et celui de son enfant. Ainsi, en plus des nombreux facteurs immunologiques non spécifiques transmis, la mère fournit des agents anti-infectieux et facteurs immunologiques ciblés pour son enfant.

II faut par conséquent distinguer entre

  • l’allaitement maternel avec le contact en peau à peau, une interaction entre la mère et sont bébé et le transfert des anticorps de la mère et des agents anti-infectieux par l’allaitement, et
  • l’alimentation avec le lait maternel exprimé par l’intermédiaire d’un appareil puis stocké d’une manière ou d’une autre (réfrigéré, congelé, pasteurisé, lyophylisé).

Cela dit, le lait maternel, sous quelle forme que ce soit (tiré cru, tiré pasteurisé, lait de donneuse individuelle ou lait maternel de différentes donneuses poolé…), sera toujours supérieur à un lait artificiel (préparation industrielle pour nourrisson) qui risque d’être contaminé dès la production (voir ici) et ou par la préparation de biberons (suivre les Directives de l’OMS pour la préparation, conservation et manipulation)

Allaitement et informations épigénétiques

L’allaitement fournit également des informations épigénétiques à l’enfant sous forme de cellules souches maternelles, d’hormones et de messagers miRNA qui jouent un rôle important dans le métabolisme et la protection contre les maladies non transmissibles (MNT), dites « maladies de civilisation » (obésité, diabète, cancer, hypertension, maladies cardio-vasculaires…). Lancet Breastfeeding Series 2016

Dans une étude de 2017, Melnik & Schmitz la décrivent comme suit : « Il y a de plus en plus de preuves que le lait agit comme un transmetteur ou un relais entre le génome de la lactation maternelle et la régulation épigénétique des gènes récepteurs du lait. […] Comme le lait maternel protège contre les maladies de civilisation à un âge avancé, l’OMS recommande l’allaitement exclusif jusqu’à six mois et la poursuite de l’allaitement pendant au moins les deux premières années. »