Accueil > International > Contaminants et Résidus

Contamination des aliments pour bébés et enfants en bas âge

English section below

Pendant la période de 0 mois à 3 ans, les nourrissons et les jeunes enfants se trouvent aux stades les plus sensibles du développement de leur cerveau, de leur système nerveux et de leurs organes vitaux. Ils sont donc plus particulièrement vulnérables aux infections causées par des bactéries et aux effets d’une exposition aux contaminants chimiques. Contrairement au lait maternel, le lait artificiel ne protège pas le nourrisson de tels effets négatifs, ni ne diminue leur danger, tout d’abord parce que le lait artificiel ne contient pas la même combinaison de substances protectrices et stimulantes et ne peut donc pas contribuer à développer le système psycho-neuro et immunitaire.

Contamination du lait artificiel  causée par des bactéries

Cronobacter : Une analyse en laboratoire des capsules de lait en poudre pour les machines Babynes a détecté la présence de bactéries, prouvant que le lait en poudre dans ces capsules n’est pas stérile, comme le montre la photo ci-dessus.

Cronobacter : Une analyse en laboratoire des capsules de lait en poudre pour les machines Babynes a détecté la présence de bactéries, prouvant que le lait en poudre dans ces capsules n’est pas stérile, comme le montre la photo ci-dessus.

Des cas d’infections graves de nourrissons sont signalés depuis quinze ans en Europe et aux Etats Unis chez certains bébés alimentés avec les laits en poudre 1er et et 2ième âge. Contrairement aux croyances populaires, les préparations en poudre pour nourrissons ne sont pas des produits stériles et certaines espèces de bactéries des genres Salmonella et Cronobacter peuvent parfois contaminer ces laits, qui ne subissent aucune stérilisation finale à la sortie de l’usine. GIFA contribue à publier la liste des retraits de produits pour l’alimentation infantile contaminés (en Anglais).

Lorsque la poudre est mélangée à de l’eau tiède pour préparer un biberon, des bactéries, même en quantités minimes, peuvent se multiplier rapidement, car les températures entre 35 et 40° Celsius sont favorables à leur prolifération. Pour ces raisons, l’OMS a publié en 2007 les Directives de préparation, conservation et manipulation dans de bonnes conditions des préparations en poudre pour nourrissons.

Ces Directives préconisent une étape de préparation de décontamination, afin de tuer les bactéries nocives : il faut faire bouillir l’eau et la laisser refroidir à une température de pas moins de 70° Celsius avant de la mélanger avec la poudre et la laisser tiédir avant de donner le biberon au bébé. De plus, il faut jeter les restes du biberon et ne pas les réutiliser.

Face au refus des fabricants de laits en poudre pour bébés d’alerter les parents aux risques de contamination éventuelle, GIFA se bat pour faire connaître ces Directives (Angl.), ainsi que les mesures prises par les gouvernements (Angl.) pour leur mise en application.

Contamination du lait artificiel  provoquée par des métaux et par des produits chimiques

Plusieurs études scientifiques ont documenté la présence non seulement de métaux lourds mais aussi de métaux toxiques tels que l’aluminium dans les laits pour nourrissons.

GIFA milite pour mieux faire connaître ces risques liés à l’alimentation artificielle en publiant des soumissions à l’Union Européenne et à l’OMS, ainsi que des articles sur le site de IBFAN, par exemple les résumés des mesures des autorités pour éliminer le bisphénol A des biberons en plastique polycarbonate rigide et des emballages d’aliments pour bébés et jeunes enfants.

GIFA alerte les parents aux risques posés par certains produits chimiques dans les aliments pour enfants. Selon des rapports de l’OMS et de la PNUE, plusieurs de ces composés, y compris le bisphénol A, agissent comme des perturbateurs endocriniens (PE), c’est à dire qu’ils imitent certaines hormones humaines comme l’oestrogène, contribuant à dérégler le système hormonal et à causer des effets néfastes sur la reproduction et la santé humaines.

En décembre 2017, le scandale Lactalis a éclaté: 25 nourrissons en France sont tombés malades après avoir consommé des laits infantiles en poudre pour bébés contaminés par la bactérie dangereuse Salmonella Agona. L’appel au retrait immédiat des produits concernés a touché plus de 80 pays dans l’espace de quelques semaines. Le communiqué de presse IBFAN (anglais et français) et les entretiens avec BBC aux représentants IBFAN sont disponibles à ce lien.

Résidus chimiques détectés dans le lait maternel

Les résidus de substances chimiques se trouvent partout dans notre environnement et peuvent avoir un impact négatif sur les humains et les animaux, surtout pendant la période prénatale, donc avant l’accouchement. Le lait maternel contient des substances qui aident le cerveau à se développer normalement après la naissance. Il contient également des agents protecteurs et des stimulants qui aident l’enfant à développer un système immunitaire solide. L’allaitement sert souvent à minimiser les effets négatifs d’une exposition à des agents chimiques lors de la grossesse ou au cours des premiers mois de vie. Pour mieux faire connaître ces avantages, ainsi que les risques d’exposition aux substances chimiques toxiques pour l’organisme, GIFA a contribué à la « Déclaration sur les contaminants chimiques et l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants » (Angl.), publiée en 2013.

GIFA a publié un résumé avec des précisions sur les substances chimiques dans l’édition française d’Allaitement Actualités.

En 2013, GIFA a aussi résumé les résultats d’une grande étude en Norvège (Angl.) qui confirme les avantages de l’allaitement maternel, même dans un monde pollué.

Notre environnement est pollué et de nombreuses ressources sont mal utilisées. L’allaitement aide à protéger la planète et la santé de la mère et du bébé. Voir Alimentation saine et durable


English section

Contamination of baby and infant foods

Between 0 months and 3 years, infants and young children are at the most sensitive stages of the development of their brains, nervous systems and vital organs. They are therefore particularly vulnerable to bacterial infections and the effects of exposure to chemical pollutants. Unlike breast milk, artificial milk does not protect the infant from such negative effects, nor does it reduce their potential harm, firstly because artificial milk does not contain the same combination of protective and stimulating substances and therefore cannot contribute to the development of the psycho-neuro and immune system.

Cronobacter : Une analyse en laboratoire des capsules de lait en poudre pour les machines Babynes a détecté la présence de bactéries, prouvant que le lait en poudre dans ces capsules n’est pas stérile, comme le montre la photo ci-dessus.

Contamination of artificial milk caused by bacteria

Cronobacter: A laboratory analysis of the powdered milk capsules for Babynes machines detected the presence of bacteria, proving that the powdered milk in these capsules is not sterile, as shown in the photo above.

Cases of serious infant infections have been reported for 15 years in Europe and the United States in some babies fed with 1st age and 2nd age powdered milk. In contrast to popular belief, powdered infant formula is not a sterile product and some species of bacteria of the genera Salmonella and Cronobacter can sometimes contaminate these milks, which do not undergo any final sterilization after leaving the factory. GIFA contributes to the publication of the contaminated infant food products recall list.

When the powder is mixed with warm water to prepare a bottle, even small amounts of bacteria can multiply quickly, as temperatures between 35 and 40° Celsius are favourable for their proliferation. For these reasons, WHO published in 2007 the Safe Preparation, Storage and Handling of Powdered Infant Formula Guidelines.

These Guidelines recommend a decontamination preparation phase to kill harmful bacteria: the water should be boiled and cooled to a temperature of not less than 70° Celsius before mixing it with the powder and let to cool down before feeding the bottle to the baby. Moreover, the remains of the bottle should be disposed of and not reused.

In response to the refusal of baby powder manufacturers to alert parents to the risks of possible contamination, GIFA is actively working to make these Guidelines known as well as the implementation measures taken by governments.

Contamination of artificial milk caused by metals and chemicals

Several scientific studies have documented the presence of not only heavy metals but also toxic metals such as aluminium in infant milks.

GIFA works to raise awareness of these risks associated with artificial feeding by publishing reports to the European Union and WHO, as well as articles on the IBFAN website, such as summaries of authorities’ measures to eliminate bisphenol A from rigid polycarbonate plastic baby bottles and food packaging for babies and young children.

GIFA alerts parents to the risks posed by certain chemicals in children’s food. According to reports from WHO and UNEP, several of these compounds, including bisphenol A, act as endocrine disrupters, i.e. they mimic certain human hormones such as oestrogen, helping to disrupt the hormone system and cause adverse effects on human reproduction and health.

In December 2017, the Lactalis scandal exploded: 25 infants in France fell ill after consuming infant formula powder for babies contaminated with the dangerous Salmonella Agona bacteria. The call for immediate withdrawal of the products concerned affected more than 80 countries within a few weeks. The IBFAN press release (English and French) and interviews with BBC IBFAN representatives are available here.

Chemical residues detected in breastmilk

Chemical residues are found everywhere in our environment and can have a negative impact on humans and animals, especially during the prenatal period, i.e. before childbirth. Breastmilk contains substances that help the brain to develop normally after birth. It also contains protective agents and stimulants that help the child develop a strong immune system. Breastfeeding usually serves to minimize the negative effects of exposure to chemicals during pregnancy or in the first few months of life. To make these benefits better known, as well as the risks of exposure to toxic chemicals to the body, GIFA contributed to the “Statement on Infants and Young Child Feeding and Chemical Residues,” published in 2013.

GIFA has published a summary with details on chemical substances in the French edition of Breastfeeding News.

In 2013, GIFA also summarized the results of a major study in Norway that confirmed the benefits of breastfeeding, even in a polluted world.

Our environment is polluted and many ressources are wasted. Breastfeeding helps protect the planet and the health of mother and baby. See Green Feeding.