Accueil > International > Contaminants et Résidus

Contamination des aliments pour bébés et enfants en bas âge

Pendant la période de 0 mois à 3 ans, les nourrissons et les jeunes enfants se trouvent aux stades les plus sensibles de développement de leur cerveau, de leur système nerveux et de leurs organes vitaux. Ils sont donc plus particulièrement vulnérables aux infections causées par des bactéries et aux effets d’une exposition aux contaminants chimiques. Contrairement au lait maternel, le lait artificiel ne protège pas le nourrisson de tels effets négatifs, ni ne diminue leur danger. Tout d’abord parce que le lait artificiel ne contient pas la même combinaison de substances protectrices et stimulantes et ne peut donc pas contribuer à développer le système psycho-neuro et immunitaire.

Contamination causée par des bactéries

Cronobacter : Une analyse en laboratoire des capsules de lait en poudre pour les machines Babynes a détecté la présence de bactéries, prouvant que le lait en poudre dans ces capsules n’est pas stérile, comme le montre la photo ci-dessus.

Cronobacter : Une analyse en laboratoire des capsules de lait en poudre pour les machines Babynes a détecté la présence de bactéries, prouvant que le lait en poudre dans ces capsules n’est pas stérile, comme le montre la photo ci-dessus.

Des cas d’infections graves de nourrissons sont signalés depuis quinze ans en Europe et aux Etats Unis chez certains bébés alimentés avec les laits en poudre 1er et et 2ième âge. Contrairement aux croyances populaires, les préparations en poudre pour nourrissons ne sont pas des produits stériles et certaines espèces de bactéries des genres Salmonella et Cronobacter peuvent parfois contaminer ces laits, qui ne subissent aucune stérilisation finale à la sortie de l’usine. GIFA contribue à publier la liste des retraits de produits pour l’alimentation infantile contaminés.

Lorsque la poudre est mélangée à de l’eau tiède pour préparer un biberon, des bactéries, même en quantités minimes, peuvent se multiplier rapidement, car les températures entre 35 et 40° Celsius sont favorables à leur prolifération. Pour ces raisons, l’OMS a publié en 2007 les Directives de préparation, conservation et manipulation dans de bonnes conditions des préparations en poudre pour nourrissons.

Ces Directives préconisent une étape de préparation de décontamination, afin de tuer les bactéries nocives : il faut faire bouillir l’eau et la laisser refroidir à une température de pas moins de 70° Celsius avant de mélanger avec la poudre et laisser tiédir avant de donner le biberon au bébé. De plus, il faut jeter les restes du biberon et ne pas les réutiliser.

Face au refus des fabricants de laits en poudre pour bébés d’alerter les parents aux risques de contamination éventuelle, GIFA se bat pour faire connaître ces Directives ainsi que les mesures prises par les gouvernements pour la mise en application de ces Directives.

Contamination provoquée par des métaux et par des produits chimiques

Plusieurs études scientifiques ont documenté la présence non seulement de métaux lourds mais aussi de métaux toxiques tels que l’aluminium dans les laits pour nourrissons.

GIFA milite pour mieux faire connaître ces risques liés à l’alimentation artificielle en publiant des soumissions à l’Union Européenne et à l’OMS, ainsi que des articles sur le site de l’IBFAN, par exemple les résumés des mesures des autorités pour éliminer le bisphénol A des biberons en plastique polycarbonate rigide et des emballages d’aliments pour bébés et jeunes enfants.

GIFA alerte les parents aux risques posés par certains produits chimiques dans les aliments pour enfants. Selon des rapports de l’OMS et de la PNUE, plusieurs de ces composés, y compris le bisphénol A, agissent comme des perturbateurs endocriniens (PE), c’est à dire qu’ils imitent certaines hormones humaines comme l’oestrogène, contribuant à dérégler le système hormonal et à causer des effets néfastes sur la reproduction et la santé humaines.

Résidus chimiques détectés dans le lait maternel

Les résidus de substances chimiques se trouvent partout dans notre environnement et peuvent avoir un impact négatif sur les humains et les animaux, surtout pendant la période prénatale, donc avant l’accouchement. Le lait maternel contient des substances qui aident le cerveau à se développer normalement après la naissance. Il contient également des agents protecteurs et des stimulants qui aident l’enfant à développer un système immunitaire solide. L’allaitement sert souvent à minimiser les effets négatifs d’une exposition à des agents chimiques lors de la grossesse ou au cours des premiers mois de vie. Pour mieux faire connaître ces avantages, ainsi que les risques d’exposition aux substances chimiques toxiques pour l’organisme, GIFA a contribué à la « Déclaration sur les contaminants chimiques et l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants », publiée en 2013.

GIFA a publié un résumé avec des précisions sur les substances chimiques dans l’édition française d’Allaitement Actualités.

En 2013, GIFA a aussi résumé les résultats d’une grande étude en Norvège qui confirme les avantages de l’allaitement maternel, même dans un monde pollué.